jeudi 3 mai 2018

Ce méchant expressionnisme !

Christian Rohlfs - Tänzerinnen - 1920


Ce méchant Expressionnisme, Traumatisme et Tabou, un nouvel art pour une nouvelle société. C'était le titre d'une exposition à la Kunsthalle de Bielefeld.
Quelques unes des oeuvres exposées pour donner des regrets aux uns et raviver les souvenirs des autres !



Erich Heckel - Stehendes Kind (Fränzi stehend) - 1911
Avec l'exposition «Expressionism - Trauma and Taboo. Un nouvel art pour une nouvelle société »,la Kunsthalle de Bielefeld rappelle l'impulsion anti-bourgeoise inhérente à de nombreuses œuvres d'art expressionnistes. Autrefois scandaleux, les expressionnistes sont aujourd'hui socialement acceptables, leurs tableaux valant des millions. Il est dévalorisant de ne les considérer que comme des exemples de bohème pittoresque, d'idylles colorées et de perspectives du bon vieux temps, ou d'investissements décoratifs et fiables. Les éléments controversés de leur art risquent de disparaître dans la complaisance.
«Nous ne voulons pas divertir la bourgeoisie. Traitreusement, nous voulons démolir leur vision du monde confortable, solennelle et élevée », affirmait Le Sturm de Herwarth Walden en 1910 (cette revue était l'une des publications expressionnistes les plus importantes). C'est la déclaration de guerre d'une nouvelle ère qui vise à combattre les convictions et les valeurs du passé, l'art étant le moyen de cette bataille.
Les premières années du XXe siècle ont été marquées par une période de grands défis et d'insécurité existentielle marquée par l'industrialisation, la misère des classes laborieuses, l'exode rural, les métropoles grouillantes et les pénuries de logements. L'ordre social arriéré du royaume impérial, basé sur des idéaux féodaux et militaristes, fut submergé par les changements rapides qui se produisirent, et l'effondrement vint avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale à l'été 1914. Sous ces auspices, l'expressionnisme était la forme de l'art qui a ouvert la voie à la rébellion dans les domaines culturels; après 1919 il est devenu encore plus véhément sous les nouveaux auspices politiques de la République de Weimar.

Erich Heckel - Szene am Meer - 1912

Les jeunes artistes, poètes, acteurs et danseurs - la plupart d'entre eux sont les fils et les filles de la bourgeoisie - ont vécu la vie de classe moyenne comme traumatisante et se sont rebellés contre des normes rigides et des conventions hypocrites. Les artistes brisent les tabous, se droguent, mettent fin à la pudibonderie et renoncent aux pulsions instinctives pour tirer le pouvoir de leur art des forces de la sexualité et non de la répression et des névroses.
Avec un mode de vie vaguement basé sur Nietzsche et encouragé par Freud, ils vivaient pour «réévaluer toutes les valeurs», à la recherche d'une existence autodéterminée dans une société sans limites de classe - quelque chose qui n'était rien d'autre qu'une notion utopique à cette époque .

Ernst Ludwig Kirchner - Drei Akte auf schwarzem Sofa - 1910

Ernst Ludwig Kirchner - Fränzi neben geschnitztem Stuhl (Mädchenakt) - c. 1910

Ernst Ludwig Kirchner - Selbstbildnis im Morphiumrausch - 1917

Ernst Ludwig Kirchner - Selbstbildnis mit Mädchen - 1914/15

Ernst Ludwig Kirchner - Totentanz der Mary Wigman - 1926/1928

Ernst Ludwig Kirchner - Zwei Akte auf blauem Sofa - 1910-1920

Emmy Klinker - Interieur

Max Pechstein - Frauen am Waldrand - 1911

Hans Richter - Visionäres Porträt. Ekstase durch Verzweiflung gefährdet - 1917

Der böse Expressionismus - Trauma und Tabu
Kunsthalle de Bielefeld, novembre 2017-mars 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire