lundi 19 mars 2018

Une Amérique paisible s'expose à Oxford

Charles Demuth (1883–1935)
I Saw the Figure 5 in Gold, 1928
Oil, graphite, ink and gold leaf on paperboard, 90.2 x 76.2 cm © Metropolitan Museum of Art, New York 

AMERICA'S COOL MODERNISM: O'KEEFFE TO HOPPER présente plus de 80 peintures, photographies et gravures, et le premier film américain d'avant-garde, Manhatta, provenant de collections internationales. Dix-huit prêts clés viendront du Metropolitan Museum of Art de New York; et vingt-sept pièces supplémentaires sont prêtées par la Terra Foundation for American Art avec qui l'exposition est organisée.




Charles Sheeler (1883–1965) Americana, 1931
Oil on canvas, 121.9 x 91.4 cm Metropolitan Museum of Art, New York © Estate of Charles Sheeler 
COOL MODERNISM expose les peintres et photographes célèbres des années 1920 et 1930 avec les premières œuvres de Georgia O'Keeffe; des photographies d'Alfred Stieglitz, Paul Strand et Edward Weston; et des paysages urbains par Edward Hopper. Il présente également les pionniers de l'art moderne américaindont le travail est moins connu de ce côté de l'Atlantique, en particulier Charles Demuth (1883-1935) et Charles Sheeler (1883-1965).
Des pièces majeures des artistes précisionnistes seront exposées. Ceux-ci incluent de Demuth I saw the figure 5 in gold  (1928, du Met), la peinture que Robert Hughes décrit comme «une image tellement connue que presque tous les Américains qui s'intéressent à l'art la connaissent». Réalisée en 1928 et dédié au poète William Carlos Williams, la figure 5, faisait partie d'une série de «portraits-affiches» symboliques que Demuth a faits d'amis et d'autres artistes. Constitué d'un énorme '5' stylisé qui occupe toute la surface et qui est peint en couleurs vives sur des panneaux, le tableau évoque de nouveaux styles publicitaires qui se multiplient dans les villes américaines dans les années 1920 - une anticipation du Pop Art ?
Un autre prêt important est l'Americana de Sheeler (1931, du Met) qui n'a jamais été prêté en dehors des Etats-Unis. La peinture montre une scène domestique américaine traditionnelle avec des meubles et des objets folkloriques disposés dans une composition presque abstraite - un mélange de formes modernistes avec un sujet historique.
D'autres prêts rares incluent une peinture par E.E. Cummings (1894-1962), mieux connu pour sa poésie; et Le Tournesol (vers 1920, NGA Washington DC) d'Edward Steichen (1879-1973) qui détruisit presque tous ses tableaux avant de se consacrer à la photographie. Le Tournesol a été exposé à Paris peu de temps après qu'il a été peint en 1922 et n'a plus été vu en Europe depuis lors.

Edward Weston (1886–1958)
Steel: Armco, Middletown, Ohio, 1922
Palladium print
Private Collection, New York
© 1981 Center for Creative Photography, Arizona Board of Regents 

Xa Sturgis, directeur de l'Ashmolean, a déclaré: «C'est un privilège extraordinaire d'emprunter certaines des plus grandes œuvres jamais réalisées par des artistes américains pour cette exposition historique. Le Ashmolean est redevable à la Fondation Terra, le Met et d'autres prêteurs pour se séparer de tant de leurs trésors. Nous rassemblons une collection exceptionnelle de peintures, photographies et gravures - des pièces emblématiques qui n'ont jamais été au Royaume-Uni auparavant et qui méritent d'être mieux connues dans ce pays. Nous dévoilerons un aspect fascinant de l'art américain de l'entre-deux-guerres qui reste encore à explorer dans une grande exposition.»

Georgia O’Keeffe (1887–1986)
Black Abstraction, 1927
Oil on canvas, 76.2 x 102.2 cm
Metropolitan Museum of Art, New York
© 2017 Artists Rights Society (ARS), New York 

Charles Sheeler (1883–1965)
Bucks County Barn, 1940
Oil on canvas, 46.7 x 72.1 cm
Terra Foundation for American Art, Daniel J. Terra Collection, Chicago © Estate of Charles Sheeler 

L'exposition se penche sur un courant de l'art américain de l'entre-deux-guerres relativement inconnu. L'histoire familière de l'Amérique des Années Folles est celle, du jazz, de Gatsby le Magnifique et de l'ère de la Machine; tandis que les années 1930 sont connues comme le monde steinbeckien marqué par la Dépression et le New Deal. Cette exposition se concentre sur les artistes qui se sont attaqués à l'expérience de l'Amérique moderne avec un détachement paisible et contrôlé, éliminant complètement les humains de leurs images.
Pour certains, ce traitement reflétait une ambivalence et une anxiété à propos du monde moderne. Les usines sans ouvriers et les rues sans passants peuvent sembler des endroits étranges et vides. Deux œuvres de Jacob Lawrence (1917-2000) de sa série «Migration», qui est par ailleurs pleine de personnages, sont remarquables par l'absence de personnes. Ils expriment la dure expérience des Afro-Américains voyageant vers le nord dans l'espoir d'une vie meilleure. Ce qu'ils ont trouvé était souvent plus effrayant que prometteur. Manhattan Bridge Loop d'Edward Hopper (1928) a une atmosphère sombre avec un minuscule piéton solitaire dont la marche est en contradiction avec la circulation du pont.

Ralston Crawford (1906–78)
Buffalo Grain Elevators, 1937
Oil on canvas, 102 x 127.6 cm
Smithsonian American Art Museum, Washington DC © Ralston Crawford Estate 

Edward Hopper (1882–1967)
Dawn in Pennsylvania, 1942
Oil on canvas, 61.9 x 112.4 cm
Terra Foundation for American Art, Daniel J. Terra Collection, Chicago
© Heirs of Josephine N. Hopper, licensed by the Whitney Museum of American Art 

Georgia O’Keeffe (1887–1986)
East River from the Shelton Hotel, 1928
Oil on canvas, 30.5 x 81.3 cm
Metropolitan Museum of Art, New York
© 2017 Artists Rights Society (ARS), New York 

Alfred Stieglitz (1883–1946)
From my window at the Shelton West, 1931 Gelatin silver print, 23.7 x 19 cm
© George Eastman Museum, Rochester, New York 

George Josimovich (1894–1987)
Illinois Central, 1927
Oil on canvas, 104.1 x 118.1 cm
© Terra Foundation for American Art, Daniel J. Terra Collection, Chicago / artist’s estate 

Berenice Abbott (1898–1991)
John Watts Statue: From Trinity Churchyard, Looking toward One Wall Street, Manhattan, 1 February 1938 Gelatin silver print, 24.1 x 19.1 cm
George Eastman Museum, Rochester, New York
© Berenice Abbott 

Samuel Margolies (1897–1974)
Man’s Canyon, 1936
Etching and aquatint on cream laid paper, 40.5 x 32.9 cm Terra Foundation for American Art
© Estate of the artist 

Edward Hopper (1882–1967)
Manhattan Bridge Loop, 1928
Oil on canvas, 88.9 x 152.4 cm
Addison Gallery of American Art, Phillips Academy, Andover MA
© Heirs of Josephine N. Hopper, licensed by the Whitney Museum of American Art 

Jacob Lawrence (1917–2000)
The Migration Series, panel no. 31: The migrants found improved housing when they arrived north. 1940–41 Casein tempera on hardboard, 30.48 x 45.72 cm
The Phillips Collection, Washington DC
© 2016 The Jacob and Gwendolyn Knight Lawrence Foundation, Seattle / Artists Rights Society (ARS), New York 

Louis Lozowick (1892–1973)
New York, 1925
Lithograph on off-white wove paper, 29.1 x 22.9 cm Terra Foundation for American Art
© Estate of Louis Lozowick 

Pour d'autres, ce traitement cool de l'Amérique contemporaine était une réponse positive - une expression d'optimisme et de fierté. Les gratte-ciels et les ponts deviennent des études de géométrie; et les villes sont nettoyées et ordonnées sans foule et ni chaos. Les gravures de Louis Lozowick (1892-1973) capturent l'énergie de la ville en courbant des distances avec des immeubles qui s'élancent dans le ciel; tandis que Ralston Crawford (1906-1978) et Charles Sheeler dépeignent l'architecture de l'Amérique industrielle - usines, élévateurs à grains, plantes aquatiques - comme les nouvelles cathédrales du pays, glorieuses dans leur échelle et leurs exploits d'ingénierie, mais étrangement vidées de leurs habitants.

Charles Demuth (1883–1935)
Nospmas. M. Egiap Nospmas. M., 1921
Oil on canvas, 61 x 51.4 cm
© Munson-Williams-Proctor Arts Institute, Utica, New York 

Stuart Davis (1892–1964)
Odol, 1924
Oil on canvas, 60.9 x 45.6 cm
Museum of Modern Art, New York
© The estate of Stuart Davis/DACS, London/VAGA, New York 2017 

Helen Torr (1886–1967)
Purple and Green Leaves, 1927
Oil on copper mounted on board, 51.4 x 38.7 cm
Terra Foundation for American Art, Daniel J. Terra Collection, Chicago © Estate of Helen Torr, with the permission of John and Diane Rehm 

Ces artistes étaient également engagés dans un effort conscient pour développer un modernisme distinctement américain, non dérivé de l'Europe mais enraciné dans la tradition culturelle américaine et son paysage. En peignant et en photographiant ces sujets dans un style correspondant - surfaces nettes, perspective aplatie, pureté linéaire - les artistes et les critiques révélaient un attribut essentiel du caractère américain - sa modernité.

E.E.Cummings (1894–1943)
Sound, 1919
Oil on canvas, 89.2 x 88.9 cm Metropolitan Museum of Art, New York © The Estate of E.E.Cummings 

Edward Steichen (1879–1973)
Le Tournesol (The Sunflower), c. 1920
Tempera and oil on canvas, 92.1 x 81.9 cm
National Gallery of Art, Washington DC
© 2017 The Estate of Edward Steichen / Artists Rights Society (ARS), New York 

Imogen Cunningham (1883–1976)
Two Calla Lilies, c. 1925
Gelatin silver print, 30 x 22.6 cm
George Eastman Museum, Rochester, New York
© The Imogen Cunningham Trust, all rights reserved 

Charles Sheeler (1883–1965)
Water, 1945
Oil on canvas, 61 x 74.3 cm Metropolitan Museum of Art, New York © Estate of Charles Sheeler 

Katherine Bourguignon, de la Fondation Terra pour l'art américain et commissaire d'exposition, a déclaré: «En plus d'artistes connus au Royaume-Uni, cette exposition est l'occasion de présenter au public européen des personnalités telles que Patrick Henry Bruce, Helen Torr et Charles Sheeler; et les photographes de l'entre-deux-guerres, y compris Imogen Cunningham et Berenice Abbott.
Ces artistes cherchaient activement à créer un art qui pourrait être considéré comme authentiquement «américain». Des décennies avant que les artistes pop se penchent sur le consumérisme et le caractère américain, les artistes des années 1920 et 1930 traitaient déjà de ces thèmes dans des images remarquablement modernes marquées par la retenue émotionnelle et le contrôle «cool».

Paul Strand (1890–1976)
The White Fence, Port Kent, New York, 1916 Photogravure, 16.5 x 21.5 cm
George Eastman Museum, Rochester, New York © Paul Strand Archive/Aperture Foundation


AMERICA'S COOL MODERNISM: O'KEEFFE TO HOPPER 
Ashmolean Museum of Art and Archaeology d'Oxford, jusqu'au 22 juillet 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire